Iran Liberté

Dernières infos, articles, opinions et données sur l'Iran

 

Muriel Lefevre
Le couple arrêté en Belgique en lien avec un projet d'attentat contre un rassemblement organisé près de Paris par les Moudjahidine du peuple (MEK) appartiennent à ce groupe d'opposition iranien affirme le site internet du ministère des Affaires étrangères iranien.

Sauf que les services de sécurité belge ne sont pas de cet avis. Pour eux, le couple était des espions envoyés par le régime iranien dit De Standaard. "Sur la base des informations disponibles, les individus arrêtés en Belgique sont des éléments opérationnels connus du MEK", écrit le ministère mercredi en citant le porte-parole des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi. L'Iran considère comme des "terroristes" les membres de ce groupe d'inspiration marxiste fondé en 1965 et interdit par Téhéran depuis 1981.Les autorités françaises et belges ont annoncé lundi l'arrestation en Belgique d'un couple de Belges d'origine iranienne,AmirS., né le 26 avril 1980, et son épouse Nasimeh N., née le 20 septembre 1984, soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat à l'explosif contre un rassemblement du MEK organisé samedi à Villepinte près de Paris, et auquel ont pris part plusieurs personnalités politiques américaines, comme l'ancien maire de New York, Rudy Giuliani, aujourd'hui avocat personnel du président américain Donald Trump.Le couple a été intercepté samedi à bord de son véhicule Mercedes par les unités spéciales, à Woluwe-Saint-Pierre. Lors de la fouille de ce véhicule, environ 500 grammes de TATP et un mécanisme de mise à feu ont été découverts dans une petite trousse de toilette. Le service de déminage de l'armée (SEDEE) a fait sauter cet explosif de manière contrôlée.Une cellule dormante Le couple vivait en Belgique depuis des années. Ils ont demandé et obtenu l'asile politique ici parce qu'ils étaient politiquement persécutés dans leur propre pays. Ils ont reçu la nationalité belge il y a deux ans. Samedi, ils ont déclaré qu'ils avaient agi sous la menace du gouvernement iranien: "Sinon, notre famille en Iran le paierait". "C'est du cinéma, un rôle qu'ils avaient répété si les choses tournaient mal", dit une source des services de sécurité dans de Standaard. "C'était une cellule dormante qui devait rester prête pour le jour où ils seraient nécessaires." Leur appartenance au MEK n'était pas seulement un moyen d'infiltrer l'opposition iranienne, cela leur a aussi permis de demander l'asile politique. "Les services de sécurité croient que les deux avaient été dirigés par Assodollah A., qui a été arrêté en Allemagne dimanche, depuis des années. Né le 22 décembre 1971, il s'agit d'un diplomate iranien auprès de l'ambassade autrichienne à Vienne. Quelques heures avant d'accueillir M. Rohani, Vienne a convoqué en urgence l'ambassadeur d'Iran dans le pays et annoncé que l'Autriche allait retirer son statut de diplomate à l'agent mis en cause. Ce dernier pourrait être extradé prochainement vers la Belgique, où sont coordonnées les investigations sur le projet d'attentat, a indiqué le parquet de Bamberg, dans le sud de l'Allemagne, cité par l'agence DPA. En raison de la commission présumée d'une infraction dans un autre pays que celui où il est en poste, son immunité diplomatique ne peut être invoquée, ont indiqué plusieurs sources à l'AFP.Un autre complice présumé, Merhad A., né le 31 juillet 1963, a été privé de liberté en France. Deux autres personnes en France ont été remises en liberté après audition.