Iran Liberté

Dernières infos, articles, opinions et données sur l'Iran

 


Dans la soirée du 29 juin 2018, à la veille du grand rassemblement de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi a rencontré Rudy Giuliani, l’avocat du Président des Etats-Unis, dans les bureaux du Conseil national de la Résistance iranienne à Auvers-sur-Oise.


Ils ont échangé sur les derniers évènements en Iran, notamment le développement des protestations populaires à Téhéran et dans d’autres villes contre le régime des mollahs et sur la fragilité de la dictature religieuse.
Maryam Radjavi a mis en avant que, malgré les vagues d’arrestations et la répression, la poursuite du soulèvement montre que les conditions sont mûres et que la société est dans une situation explosive. D’autre part, a-t-elle souligné, cela montre aussi le bien-fondé de la stratégie de la Résistance et le rôle indéniables des unités de résistances.
Mme Radjavi a ajouté que la situation ne reviendra pas en arrière. Il ne fait aucun doute que ce régime sera renversé par le peuple iranien et sa résistance, et qu’il n’a aucune échappatoire.
Le gouvernement américain a déclaré que le régime des mollahs a usurpé la souveraineté du peuple iranien, a expliqué Rudy Giuliani. Comme l’ont répété à maintes reprises le Président et son Secrétaire d’Etat, a-t-il souligné, il s’agit d’un régime corrompu et le peuple iranien est sa victime qui a le plus longtemps souffert.
Rudy Giuliani figure au nombre des 33 hautes personnalités américaines signataires d’une déclaration rédigée à l’occasion du grand rassemblement pour « un Iran libre – L’alternative » et en soutien au Conseil national de la Résistance iranienne et au plan en 10 points de la Présidente élue de la Résistance iranienne. La politique de fermeté avec ce régime, recherchée depuis des années, a-t-il dit, est un premier pas. Le pas suivant, a-t-il poursuivi, c’est de se tenir aux côtés du peuple iranien et de l’alternative démocratique qu’est le CNRI qui lutte pour une république fondée sur la séparation de la religion et de l’Etat.
Il a ajouté : « Je crois fermement que l’alternative est le Conseil national de la Résistance iranienne sous la direction de Maryam Radjavi. »