Iran Liberté

Dernières infos, articles, opinions et données sur l'Iran


A la suite des soutiens internationaux, plusieurs membres du parlement irlandais, déclarent leur soutien au grand rassemblement de la résistance iranienne qui aura lieu le 30 juin à Villepinte de Paris.

Voici la traduction de cette déclaration :
- reconnaît que depuis près de quatre décennies, le régime iranien a été condamné pour continuer ses violations flagrantes contre les droits de l'homme;
- reconnaît que plus de 120 000 militants de la démocratie et des droits de l'homme en Iran ont été arbitrairement arrêtés, torturés et exécutés;
- note qu'à l'été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques ont été massacrés en seulement deux mois pour s'être opposés à la dictature religieuse et soutenir le mouvement démocratique l'OMPI et qu'Amnesty International a qualifié ce massacre de "crime contre l'humanité" et que ses auteurs être traduit en justice. Selon les Nations Unies, le régime iranien est le premier bourreau du monde par habitant;
- tient compte du fait que malgré cette répression, en janvier 2018, le monde a été témoin d'une vague de soulèvements et de protestations du peuple iranien, qui s'est rapidement étendue à plus de 140 villes. Les gens scandaient "réformistes, conservateurs, le jeu est fini", "A bas Khamenei et Rouhani", "Non à Gaza non à la Syrie, notre vie est pour l'Iran" et "Quittez la Syrie, pensez à nous!";
- reconnaît pleinement que ces actions démontrent la volonté réelle du peuple iranien de changer la dictature religieuse et le rejet populaire de l'expansion du terrorisme et du bellicisme dans la région;
- déclare sa solidarité avec le peuple iranien et soutient ses objectifs démocratiques;
- reconnaît que le président du régime, son guide suprême et de nombreux autres responsables du régime ont également reconnu le rôle clé de la principale opposition iranienne et de leurs partisans dans l'organisation de ces manifestations et leur continuité;

- note que l'ère a changé en Iran et que les peuples se sont levés pour un changement démocratique et l'établissement de la liberté en Iran, ce qui se traduira par la paix et la sécurité dans la région au sens large;

- appelle les gouvernements irlandais et européens, ainsi que la Communauté internationale, à modifier leur politique d'approche souple en termes de décision;
- demande que la force terroriste du régime iranien, le Hezbollah et le Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC) soient expulsés de la région;

- appelle le gouvernement irlandais et la communauté internationale à prendre parti pour le peuple iranien et à reconnaître le CNRI comme une alternative viable à ce régime théocratique défaillant.

- soutient la plateforme en 10 points de la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, pour l'établissement d'une république démocratique fondée sur la séparation de la religion et de l'Etat, l'égalité sexuelle, ethnique et religieuse, sans programme nucléaire, l'abolition de la peine de mort, la coexistence pacifique et l'engagement envers les conventions et les lois internationales pour garantir la domination populaire, le développement et le progrès en Iran et dans le monde entier;


- reconnaît qu'il est temps que la communauté internationale se place du bon côté de l'histoire sur cette question;


- demande que les relations avec le régime soient subordonnées à la fin de la torture, des exécutions, des missiles balistiques et de la propagation du terrorisme et de la guerre dans la région;

- exprime sa solidarité avec le grand rassemblement de la résistance de peuple iranien à Paris le 30 juin pour soutenir les soulèvements en Iran pour l'instauration de la liberté et de la démocratie;

- charge le Cathaoirleach de transmettre cette résolution au président d'Irlande, au Taoiseach, au ministre des Affaires étrangères et du Commerce, au chef de la politique étrangère de l'UE, au Parlement européen et à la Commission européenne.


Les sénateurs Brian Ó Domhnaill, Gerry Horkan, Marie Louise O Donnell, Neale Richmond, Diarmuid Wilson, David Norris et Paul Daly